Les nouveaux animaux de compagnie : quel succès !

nouveaux animaux de compagnie

Les nouveaux animaux de compagnie, aussi connus par leur acronyme, NAC, regroupent des familles d’animaux moins communs que les chiens et chats. Rongeurs variés, reptiles, insectes, singes font partie des NAC. Effet de mode ou pas, les NAC ont la cote !

Les NAC, nouveaux animaux de compagnie, cohabitent de plus en plus avec nos matous et chiens, voire sont remplacés par eux. Animaux existant depuis la nuit des temps, ils sèment la surprise parfois. Danger, peur, peu esthétique, incongru, chaque espèce est rattachée à un préjugé. Si je vous dis araignée, serpent, rat, gerbille, furet, cochon ou encore singe, vous comprenez mieux pourquoi. Toujours est-il que les NAC séduisent de plus en plus de personnes, qu’ils intègrent la liste des animaux pris en charge par les vétérinaires, lesquels se spécialisent d’ailleurs afin de répondre à leurs besoins, et qu’ils apportent autant qu’un chat ou un chien.

NAC, une grande famille

Les nouveaux animaux de compagnie englobent des espèces très variées, autant en tailles qu’en couleurs ! Les NAC, animaux de compagnie à part entière, comprennent les animaux exotiques tels que les perroquets, les reptiles dont les serpents, caméléons et lézards, les rongeurs, une famille à succès avec les rats, les gerbilles, les chinchillas, les octodons, des carnivores comme les furets, un animal habitué de la campagne et de la ferme, le cochon et George Clooney a ouvert le bal avec son cochon tant aimé, Max, ou encore des animaux de la faune, les singes.

L’expression « nouveaux animaux de compagnie » est née dans les années 80 de la bouche d’un vétérinaire de la région lyonnaise, Michel Bellangeon, qui recevait très souvent des animaux exotiques et rongeurs lors de ses consultations si bien qu’il a d’ailleurs mis en place le  « Groupe d’Étude des Nouveaux Animaux de Compagnie » (GENAC). Bien entendu, certains espèces sont facilement domesticables, d’autres plus difficilement et pour cause, beaucoup sont issus d’élevages, d’autres malheureusement, et c’est le point noir dans la domestication des NAC, retirés de leur milieu d’origine dans le cadre de trafics clandestins, c’est le cas des singes, et d’autres issus de laboratoires de recherches comme les rats.

Mammifères (rongeurs), carnivores (furets), reptibles (tortues, serpents, lézards), arthropodes (scorpions, araignées), insectes (phasmes, phylliidae), amphibiens, oiseaux (perruches, perroquets), la liste est très longue dans la famille des NAC.

Avant d’adopter, il faut savoir…

Les NAC restent encore minoritaires au sein de maisons puisque 5% seulement d’entre eux vivent sous notre toit. Au-delà, adopter un nouvel animal de compagnie demande quelques précautions. Et pour cause, certaines espèces ne sont pas des animaux domestiques à l’origine mais des animaux sauvages. En cela, la législation française ne considère pas tous les NAC comme des animaux domestiques et il se peut que vous ayez à vous faire délivrer un certificat de capacité pour ces espèces en question. D’autres NAC sont à prendre avec des pincettes si je puis dire puisqu’ils possèdent un venin, des griffes et dents pouvant faire des dégâts dont des morsures conséquentes. On parle aussi de transmission de maladie, notamment la médiatisée zoonose. Bien entendu, morsures et venin font penser aux serpents, scorpions et araignées. Ces NAC doivent être déclarés auprès de la [Direction des Services Vétérinaires. Les serpents exotiques sont réputés pour être les plus mordeurs mais les accidents restent rares, à raison de 1 à 2 accidents par an pour cause d’envenimation dans les années 80. Il y a encore quelques années, certes les vaccins existaient mais se les procurer était plus complexe.

Autre précaution et réalité dont il faut prendre conscience, être certain de pouvoir offrir à votre NAC des conditions de vie optimales, une alimentation adaptée mais aussi un environnement serein. Avoir la bonne cage, la bonne litière, les bonnes graines, respecter les dosages alimentaires, avoir un réel relationnel avec certains NAC ayant besoin du contact humain, etc. Mais pouvoir assurer la période d’hivernage de tel NAC, une vie nocturne d’un autre, le quotidien dans l’eau de mer, une température précise ou une intensité de lumière déterminée n’est pas tâche aisée. Il s’agit de vous éduquer vous-même pour pouvoir vivre avec un NAC épanoui.

Les vétérinaires jouent le jeu

Les vétérinaires sont nombreux en France et recevoir en consultation des serpents, singes, rongeurs ou perroquets n’est pas pour les surprendre. L’engouement des gens pour les NAC signifie des soins, des suivis. Les premiers concernés sont bien sûr les vétérinaires qui ont donc pris le pli de se former et s’équiper pour s’adapter à ces nouveaux animaux de compagnie. Maladies types, morphologies, comportements, études, traitements, les vétérinaires se sont adaptés et permettent d’apporter des réponses aux propriétaires de NAC. Les vétérinaires sont ainsi considérés comme spécialisés NAC puisque la France a intégré récemment un cursus dédié aux NAC dans les écoles vétérinaires parmi lesquelles celles de Maisons-Alfort et de Toulouse.

Les rongeurs ont la cote !

Est-ce depuis le dessin animé des studios Pixar, Ratatouille ? Les rongeurs ont la cote et sont même les NAC les plus adoptés. Hamsters, gerbilles, octodons, chinchillas, lapins, souris ont la cote. Mais, un rongeur rafle tous les suffrages, le rat. Ce rongeur domestique, rat des villes, est issu de la même lignée que son confrère, le rat des champs, rat sauvage, tous deux faisant partie de la famille du surmulot dont on a établi les origines : Inde et Asie centrale. Ce sont des mammifères aux multiples lignées, tantôt au poil uni, tantôt au poil rex, aux couleurs de poil multiples, noir, brun, blanc, gris, bleu américain, marron, noir argenté, de poids allant de 150 à 600 grammes en moyenne selon les sexes, les mâles étant plus robustes que les femelles. Les férus de rats vous parleront de bleu US, de noir argenté, d’agouti, de hooded, d’œil albinos, de poil rex, et j’en passe tant les rats présentent des lignées riches et diversifiées. Revers de la médaille, l’élevage est pour certains extrême et porte sur des défis de création de lignées, faisant naître de beaux ratons au pelage surprenant mais aussi des maladies ou risques de maladies plus courantes.

Les rats sont des animaux très intelligents, attachants, affectueux, ayant besoin de beaucoup d’attention. Si vous avez l’intention d’adopter un seul rat, il faudra lui consacrer au moins 8 heures par jour, nécessitant une litière et une alimentation adaptées. Les rats apportent autant qu’un chat ou qu’un chien malgré leur petite taille. Une expérience à vivre comme c’est le cas pour Laura, 31 ans, féru de rats depuis trois ans. « La première fois que j’ai été mise en contact avec des rats, ma première réaction a été la peur. Au fur et à mesure, j’ai appris à les connaître et j’ai même cherché à acquérir un réel savoir sur ces rongeurs. Peu de temps après, j’adoptais Gabin et Léon, deux frères. Puis, trois autres mâles. Deux femelles quelques mois plus tard, Téquila et Bamba. A ce jour, j’ai 11 rats, certains sauvés de serpents. C’est un vrai bonheur que de les avoir avec moi chaque jour et je leur consacre beaucoup de temps. Ils m’apportent détente, joie et amour. Ce qui ne m’empêche pas de bien m’occuper de mes deux chats qui cohabitent au mieux avec ma famille de rongeurs si bien que ce sont les chats qui ont peur des rats et non l’inverse ! » Comme tout rongeur qui se respecte, le rat adore ronger, il faudra donc sauvegarder vos câbles, couvertures, bois et meubles !

Un NAC séducteur, le furet

Issu de la famille des mustélidés, au même titre que la loutre, la moufette ou les visons, le furet vit au contact de l’homme depuis l’Antiquité si bien qu’il a été domestiqué avant le chat. Ces mammifères carnivores sont caractérisés selon deux pelages, le pelage putoisé et le pelage blanc. Comme pour les rats, les élevages ont augmenté et fait naître d’autres types de pelage comme l’angora. Un furet peut peser jusqu’à 2 kg et mesurer 80 cm. Le furet doit être vacciné contre la maladie de Carré, mortelle pour lui, vermifugé et stérilisé si vous adoptez une femelle. Il faut savoir que le furet peut être contaminé par la grippe humaine. Lui aussi doit avoir une alimentation adaptée. Intelligent, joueur et très dynamique, le furet est un compagnon très attachant. Etant donné la nécessité pour un tel NAC de gambader partout dans la maison, entre 4 et 6 h par jour, il faudra le surveiller. Et Amandine, férue de furets, en a fait les frais en ne trouvant plus un après-midi son furet. Vivant au dernier étage d’un immeuble en région parisienne, elle a compris qu’il s’était échappé par l’une des fenêtres et pris la poudre d’escampette par les toits. Heureusement, les affiches collées un peu partout ont payé et Amandine a été appelée par une personne l’ayant pris sous son aile. Le furet était sur une avenue très fréquentée !

Gerbilles et serpents plaisent autant

Les gerbilles, dont l’intitulé exact est mériones de Mongolie, traduisez « guerriers avec des griffes », sont de petits rongeurs plein d’énergie issus d’Asie centrale, de Russie et de Mongolie de l’Est, cousins des hamsters. Ces rongeurs ont été découverts par un missionnaire français en 1866. Animal d’élevage au Japon dans les années 30, la gerbille a atterri dans les laboratoires américains dans les années 50. Heureusement, ce NAC a été pressenti ensuite comme étant un vrai animal de compagnie et elle est arrivée en Europe, notamment en France où son élevage s’est diversifié. Ces NAC sont très énergiques et ont besoin de ronger, d’où les monticules de cartons qu’ils leur sont donnés. Ils dorment peu la nuit et peuvent donc être bruyants en ayant un cri bien particulier. La gerbille, rongeur tenace, devra avoir une cage bien précise : des grilles en haut mais du plexiglas en bas au risque d’y avoir des trous. Des cages adaptées aux gerbilles sont vendues de toute façon. Les manipuler est moins évident tant elles restent actives mais les gerbilles sont des NAC domesticables.

Les reptiles, un mot qui rime plus avec peur, préjugés, aspect physique peu séduisant. Les serpents, pour ne citer qu’eux, ont pourtant de plus en plus leur terrarium prêt dans les salons ou pièces de vie des particuliers. N’attendez pas le dynamisme ou l’affection de la part de cet animal, ce n’est pas sa nature. Les serpents séduisent et ceux qui les adoptent sont surtout subjugués par leur beauté, leur charisme et ce comportement si particulier. Là encore, les conditions d’adoption sont à respecter au mot près car on n’adopte pas un boa constrictor comme on adopte un Jack Russel.

Add comment